Toutes Nos Catégories > Chauffage > Energie renouvelable > Pompe à chaleur

Pompe à chaleur

Parmi toutes les énergies renouvelables que l'on peut compter pour alimenter votre maison, la pompe à chaleur est sans nul doute le plus efficace. Fonctionnant sur la base du recyclage de l'air extérieur pour la convertir en chaleur. De plus la plupart des modèles sont éligible à un crédit d'impôt vous permettant ainsi de bénéficier d'une TVA réduite. Retrouvez toutes nos pompes à chaleur disponibles en déstockage jusqu'à -70% de réduction.

NOS DERNIERS ARRIVAGES

Pompe à chaleur, nos conseils pour bien choisir

Le souci d’installer un système de chauffage plus économique, mais surtout plus écologique pousse aujourd’hui les propriétaires à opter pour la pompe à chaleur (PAC). En plus de proposer un meilleur confort d’utilisation, cet appareil permet effectivement de réduire votre empreinte carbone. En réalité, il ne requiert plus le stockage de combustibles fossiles. Les calories utilisées se trouvent déjà dans l’environnement qui nous entoure (air, eau, sol). En d’autres termes, vous profitez donc d’une source d’énergie gratuite, non polluante et inépuisable. C’est d’ailleurs ce facteur qui vous permettra entre autres de réaliser d’importantes économies énergétiques. Il s’agit ainsi d’une façon bien utile pour adopter un appareil plus respectueux de l’environnement sans pour autant lésiner sur l’efficacité. Toutefois, les pompes à chaleur se présentent aujourd’hui sous différentes dimensions et sont proposées à des prix très variés. Il peut alors être difficile de s’assurer de faire le bon choix face à toutes ces diversités.

Déterminez d’abord vos besoins en chauffage

L’acquisition d’une pompe à chaleur constitue un investissement conséquent. C’est pourquoi il s’avère toujours plus judicieux de demander l’aide d’un professionnel disposant d’une qualification QualiPAC. Il peut notamment vous orienter vers la meilleure solution en fonction de votre logement. En effet, plusieurs facteurs peuvent jouer un rôle déterminant. Par exemple, un appareil surdimensionné risque d’entraîner une surconsommation. Et un appareil trop petit engendrera une augmentation du cycle arrêt/marche, ce qui nécessitera aussi des dépenses supplémentaires. Pareillement, le choix ne serait probablement pas le même si vous habitez une ancienne bâtisse ou une nouvelle construction. Cette dernière est généralement plus performante en matière d’isolation (murs, sol, combles, toitures). C’est alors ce qui vous permettra de baisser considérablement votre facture (jusqu’à 75 % d’économie avec le bon modèle). Autres paramètres à considérer : le type de système de chauffage que vous possédez actuellement. Dans le cas d’un plancher chauffant ou de radiateurs à eau, la PAC Air/Eau peut notamment constituer une excellente alternative. Si vous disposez d’un ventilo-convecteur ou d’un radiateur électrique, la PAC Air/Air conviendrait sûrement mieux. Toutefois, il est également possible d’installer une pompe à chaleur en relève de chaudière afin de profiter d’un système biénergie. Cela vous offrira la possibilité d’atteindre la température voulue lors des fortes demandes de chauffage. Elle se révèle aussi plus intéressante si vous disposez des radiateurs classiques haute température (de 65 à 90 °C). Quoi qu’il en soit, vous éviterez les gros travaux de rénovation en faisant tout simplement le bon choix.

Choisir sa pompe à chaleur : privilégiez le bon modèle

De manière générale, on peut distinguer trois différents types de pompe à chaleur en fonction de l’énergie thermique utilisée :

  1. La PAC aérothermique (Air/Air et Air/Eau) qui restitue les calories contenues dans les flux émis par l’air ;
  2. La PAC géothermique (Sol/Sol ou Sol/Eau) qui récupère l’énergie du sous-sol ;
  3. Et la PAC hydrothermique (Eau/Eau) qui exploite les nappes phréatiques.
Pour faire le bon choix dans cette étape, c’est plutôt la surface dont vous disposez qu’il faut prendre en compte. La pompe à chaleur géothermique nécessite par exemple l’installation de capteurs qui sont souvent agencés dans le jardin. Ils requièrent une superficie équivalente à 1,5 à 2 fois la surface à chauffer. Vous devez donc avoir une grande propriété avant de pouvoir l’adopter. À cet effet, nous recommandons les capteurs verticaux qui présentent de meilleurs rendements. Ils sont enfouis à 50 m environ du sol et peuvent chauffer une maison de 120 m². En ce qui concerne les pompes à chaleur hydrothermique, elles ne sont à privilégier que si votre habitation dispose de suffisamment d’eaux souterraines pour une exploitation thermique optimale. Elles nécessitent aussi un forage vertical si vous n’avez pas encore de puits. De plus, son installation reste totalement interdite sans autorisation de la commune. C’est peut-être pour ces contraintes que les propriétaires préfèrent aujourd’hui se tourner vers la pompe à chaleur aérothermique. En plus d’être largement répandu dans le marché, ce modèle est également proposé à un prix généralement inférieur, en comparaison avec les PAC géothermiques ou hydrothermiques. De plus, elle s’adapte particulièrement bien aux régions avec un climat doux.

Considérez également les pompes à chaleur réversibles

Bien évidemment, les pompes à chaleur sont essentiellement destinées à chauffer votre habitation. Néanmoins, de plus en plus d’appareils ont désormais un fonctionnement réversible. Les PAC aérothermiques (Air/Eau) sont plus favorisées dans ce cas. Pour faire simple, elles peuvent tout autant chauffer votre maison lors des saisons froides que rafraîchir votre intérieur quand les températures augmentent. Vous avez ainsi la possibilité de profiter d’un confort optimal tout au long de l’année, en été comme en hiver. C’est donc un système parfait si vous ne voulez pas avoir deux appareils distincts pour votre logement. Les PAC réversibles remplissent très bien la fonction d’un climatiseur. En règle générale, elles reviennent cependant à un prix plus élevé, surtout pour les modèles géothermiques. Malgré le coût d’acquisition supérieure, vous pouvez diviser votre facture par trois. Ce qui fait que l’économie, vous le réaliserez sur le long terme.

Faites attention au coefficient de performance (COP)

Les performances des pompes à chaleur s’expriment en « coefficient de performance » (aussi appelé « indice PAC »). Il s’agit tout simplement du rapport entre l’énergie consommée et celle restituée par votre appareil. Plus concrètement, si votre PAC doit utiliser 1 kWh d’électricité pour produire 3 kWh de calories, vous avez un indice PAC de 3. Les installations les plus performantes peuvent présenter un COP jusqu’à 7, mais 3 s’avère largement suffisant pour un rendement profitable. Cependant, il ne faut pas oublier que cette efficacité peut également varier en fonction de l’environnement où votre appareil récupère l’énergie (air, eau, sol) et de votre système existant (chauffage et/ou eau chaude). Durant les pics de froid par exemple, les PAC peuvent baisser en performance. À cet égard, les pompes à chaleur géothermiques se montrent plus bénéfiques comme les calories détenues dans le sol sont généralement plus stables.

Considérez enfin les aides financières disponibles

Le coût initial pour l’installation d’une pompe à chaleur nécessite souvent un budget conséquent. Cependant, vous pouvez très bien réduire vos dépenses en profitant des subventions de l’État. Comme il s’agit de travaux de rénovation énergétique, vous avez notamment la possibilité de prétendre au crédit d’impôt transition énergétique (CITE). Celui-ci ouvre droit à un crédit d’impôt au taux unique de 30 %, mais seules les pompes à chaleur Air/Eau sont éligibles dans ce cas. Il existe également l’éco-prêt à taux zéro (éco-PTZ) avec lequel l’intérêt de votre crédit est pris en charge par l’État. Cet appui concerne tous les travaux prévoyant une amélioration en termes de performance énergétique (isolation, chauffage, chauffe-eau). Vous pouvez aussi considérer l’aide de l’Anah « Ma primeRénov » qui s’adresse particulièrement aux ménages à revenus modestes. Le montant est forfaitaire en fonction de votre situation financière et des travaux que vous souhaitez entreprendre. Avec toutes ces dispositions mises en place, vous pourriez certainement améliorer le confort de votre logement, tout en allégeant considérablement votre budget. Attention toutefois, il est impératif de faire appel aux services d’un professionnel reconnu garant pour l’environnement (RGE) pour bénéficier de ces subventions.