Isolation thermique : nos conseils pour isoler à petit prix

Tous les articles

En été comme en hiver, le confort thermique reste l’une de nos principales préoccupations. En effet, il nous permet de profiter pleinement de notre logement. Une bonne isolation constitue d’ailleurs un élément essentiel pour en tirer le meilleur parti. Elle joue non seulement un rôle primordial dans l’amélioration des performances énergétiques de votre maison, mais contribue aussi à la réduction d’émission de gaz à effet de serre dans l’atmosphère.

En France, on a ainsi assisté à l’apparition de nouvelles réglementations pour promouvoir la construction de lieux d’habitation toujours plus économes et plus écologiques. La norme RT 2012 a notamment pour objectif de baisser la consommation annuelle de votre logement quant au système de chauffage et de climatisation. La RT 2020, en revanche, vise à encourager l’exploitation de sources d’énergie gratuites que la nature met gracieusement à notre disposition. Toutes ces initiatives participent à la réduction des besoins de votre lieu d’habitation, mais font aussi du bien à votre portefeuille.

Cependant, saviez-vous que vous avez la possibilité de baisser davantage votre facture de chauffage en usant d’astuces et d’accessoires pratiques ? Ils vous aideront à améliorer autant que possible l’isolation de la maison, en particulier durant les journées froides d’hiver. 

Représentation 3D de la découpe d'un mur avec isolation thermique

Adopter les bons gestes au quotidien

En réalité, vous pouvez diminuer considérablement votre consommation d’énergie en hiver à l’aide de quelques écogestes simples. Un premier bon réflexe consiste par exemple à fermer les volets avant la tombée de la nuit. Cela vous permettra de conserver la chaleur à l’intérieur de votre maison. Pour aérer les différentes pièces, choisissez un créneau où les rayons de soleil sont plus susceptibles de pénétrer dans votre logement. Pour une protection optimale, vous pouvez aussi réaliser l’isolation du coffre de volet roulant.

Par ailleurs, pensez également à dépoussiérer vos radiateurs. On néglige parfois ces opérations d’entretien quotidien. Or, elles permettent d’améliorer les performances de votre système de chauffage. Pour ce faire, une autre astuce infaillible consiste à placer une feuille d’aluminium derrière l’appareil. Cela favorise une distribution plus efficace de la chaleur. Il s’agit d’un réflexe simple et pourtant, il vous offre la possibilité de réaliser des économies d’énergie non négligeables. Ces alternatives figurent aussi parmi les moins onéreuses.

Améliorer l’isolation thermique des fenêtres

Salon avec grandes baies vitrées en hiver

Les fenêtres laisseraient échapper 10 à 20 % de la chaleur. C’est pour cette raison que son isolation reste primordiale. Investir dans des équipements performants confère d’ailleurs d’énormes avantages vis-à-vis du confort thermique et acoustique. Placer un survitrage vous permet également de limiter ces pertes, sans devoir passer par des travaux plus conséquents.

Cependant, cette démarche s’accompagne généralement d’un budget relativement important, mais demande aussi un délai de réalisation plus long. Alors, avant de réfléchir à une rénovation énergétique en plein hiver, considérez quelques astuces pratiques qui vous permettront de maximiser les performances de votre maison. On pense par exemple au changement de joints de fenêtres. Cette solution assure non seulement une excellente étanchéité, mais optimise également l’aisance de fonctionnement.

Rubans autocollants, caoutchouc, plastique, mastic silicone… de nombreux produits peuvent pareillement s’avérer efficaces pour corriger les défauts de jointure. Mais avez-vous aussi considéré les rideaux thermiques ? Ils limitent parfaitement les déperditions de chaleur en hiver, ce qui améliore le confort de chaque pièce. Ainsi, ils sont particulièrement recommandés pour offrir une meilleure isolation des fenêtres et des baies vitrées.

Isoler efficacement la porte d’entrée du froid

La porte d’entrée représente également un pont thermique qui refroidit considérablement la température à l’intérieur de votre maison. Les différents points de la structure favorisent d’ailleurs la formation de courants d’air. Pour minimiser ces désagréments, installez tout simplement un bourrelet ou un boudin qui se glisse facilement sous le bas de porte. Ici encore, refaire les joints peut se révéler très judicieux. Appliquez dans ce cas les mêmes solutions que pour les fenêtres.

Toutefois, n’oubliez pas l’isolation thermique de la porte du garage. Elle est généralement plus mince, ce qui augmente la nécessité d’un bon isolant. Parmi les options les plus plébiscitées à cet égard se trouvent les feuilles de mousse de polyuréthane et les plaques de laine de bois. Pour une réalisation encore plus facile, vous pouvez également choisir les bandes et les films thermo-réflecteurs. Ces derniers se collent tout simplement sur la face intérieure de la porte.

Considérer une meilleure isolation pour les murs 

Un projet de rénovation énergétique ne saurait se passer de l’isolation murale. Ces travaux jouent effectivement un rôle primordial dans l’isolation de la maison. Lorsqu’elle est mal effectuée, elle peut être à l’origine de 20 et 25 % de déperditions de chaleur. Afin de faire des économies d’énergie, il faut ainsi penser à une alternative performante. De nombreuses techniques restent d’ailleurs possibles pour ce faire. L’isolation intérieure représente une solution très populaire dans ce cas. Son faible coût de réalisation figure parmi ses meilleurs atouts, mais elle convainc également par son côté esthétique.

Travaux d'isolation sur la façade extérieure d'une maison

En effet, le chantier n’a aucun impact sur l’apparence de la façade. De plus, les matières utilisées dans ce type de travaux se diversifient chaque jour. On retrouve notamment les isolants naturels (laine de coton, chanvre, liège, ouate de cellulose…) qui restent les plus répandus. Cette alternative est également la plus écologique. Les isolants minéraux (perlite, laine de roche, laine de verre, argile, verre cellulaire…) montrent cependant des performances relativement plus élevées autant aux niveaux thermiques qu’acoustiques. Bien évidemment, les isolants synthétiques (polystyrène, polyuréthane, mousse phénolique…) constituent un autre choix envisageable. Néanmoins, leur utilisation n’est généralement pas recommandée en raison des particules toxiques qu’ils peuvent libérer en cas d’incendie par exemple.

Toutefois, l’isolation des murs par l’intérieur cause souvent une réduction de la surface habitable. Pour contourner cet inconvénient, vous pouvez ainsi isoler votre logement de l’extérieur. Dans ce cas, le premier choix consiste à opter pour la technique du sous-enduit. Ici, vous devez coller ou visser des panneaux d’isolants sur la façade. L’application de l’enduit de finition embellira l’ensemble. Cependant, vous avez aussi la possibilité de privilégier l’isolation sous bardage qui implique l’utilisation d’une ossature métallique. Celle-ci accueillera les panneaux isolants qui mettent souvent à l’honneur la laine de verre. Quoi qu’il en soit, cette structure laisse un espace de ventilation suffisante pour minimiser le développement d’humidité et de moisissure.

Les solutions d’urgence quant à l’isolation des murs 

Ces travaux exigent de vraies expertises. Leur pose demande ainsi l’intervention d’un professionnel aguerri. Il s’agit aussi généralement d’un gros chantier qui nécessite une durée d’exécution plus conséquente. Préférez donc entamer le projet au printemps. Si vous avez besoin de solution d’urgence pour faire face à l’hiver qui approche, vous avez également la possibilité d’opter pour le système D.

La première astuce consiste ainsi à colmater les éventuels trous et fissures qui peuvent laisser échapper la chaleur. Dans ce cas, un mortier, un mastic ou une mousse expansive fera l’affaire. Ils vous permettront de limiter les fuites d’air, mais il convient néanmoins de rappeler qu’il ne s’agit que de solutions d’urgence. Assurez-vous de vérifier l’état de vos murs afin de ne pas engendrer de problème encore plus grave (comme les trous causés par l’humidité et les moisissures par exemple). 

Pour l’isolation thermique, la peinture isolante représente également une excellente alternative. Au cœur de sa composition se trouvent la résine, la peinture acrylique et les composants céramiques. Elle doit son efficacité à son pouvoir réflecteur d’infrarouges. À proprement parler, elle n’absorbe donc pas la chaleur, mais améliore plutôt la conductivité thermique ce qui élimine l’effet « mur froid ».

Envie d’une touche encore plus originale ? Pourquoi ne pas vous tourner vers les plaques de liège ? Celui-ci est très connu pour ses propriétés thermiques exceptionnelles. Mais aujourd’hui, ce matériau est également utilisé pour rehausser la décoration intérieure. Sa faible épaisseur lui permet en outre de ne pas engloutir de précieux mètres carrés.

Profiter de l’efficacité énergétique du tapis pour le sol

Tapis

L’isolation de sols mérite également votre attention si vous souhaitez améliorer les performances énergétiques de votre logement. En effet, elle permet de passer de 11 °C de température au toucher à 20 °C. Il s’agit ainsi d’une méthode particulièrement intéressante pour renforcer le confort thermique dans votre maison. La technique du plancher bas sur vide sanitaire reste notamment la plus répandue à cet égard. Cependant, un diagnostic professionnel s’impose avant de se lancer dans les travaux.

Mais avez-vous déjà considéré aussi le type de revêtement à privilégier dans ce cas ? En effet, le carrelage est généralement plus froid, ce qui fait du parquet en bois et du vinyle de meilleures alternatives. Bien que l’on n’y pense pas souvent, le tapis représente également un allié de taille en matière d’isolation de sols. En plus d’être un élément de décoration à part entière, il s’agit aussi d’un très bon isolant thermique et acoustique. La laine (dans ses différentes formes) constituera le parfait choix à cet égard. Elle retiendra la chaleur, ce qui adoucira les températures intérieures. Il en est de même pour la moquette qui représente un revêtement de sol idéal pour réaliser des économies d’énergie.

Envisager l’isolation des combles et de la toiture

L’étanchéité d’une toiture constitue un autre point essentiel à vérifier pour améliorer l’isolation de la maison. Pour cause, il s’agit d’une zone de déperditions de chaleur majeure. Cette zone serait ainsi responsable de près de 30 % des pertes caloriques. Un projet de rénovation à ce niveau peut alors déjà alléger vos factures. En règle générale, les combles perdus sont les plus à blâmer dans ce cas.

Travaux d'isolation des combles d'une maison

Les conseils d’un professionnel s’avèrent toutefois cruciaux dans cette démarche. Il sera plus susceptible de vous orienter en fonction de vos besoins, mais aussi de votre budget. Si vous faites appel aux services d’une entreprise habilitée, vous pouvez par ailleurs profiter des offres d’isolation des combles perdus à 1 euro. Il existe néanmoins des critères d’éligibilité à respecter avant de pouvoir en bénéficier (caractéristiques du logement, surface minimum à isoler, plafonds de ressources…).

Penser aux travaux durables pour un maximum d’efficacité

Afin de profiter d’une maison plus confortable et moins énergivore, la meilleure solution reste encore de se lancer dans des travaux de rénovation énergétique. D’autant plus qu’il existe un large éventail d’aides financières dont vous pourriez bénéficier à certaines conditions. On pense évidemment à l’isolation à 1 euro pour les combles perdus et les planchers. Celle-ci reste accessible pour les travaux engagés avant le 30 juin 2022.

Parmi les autres aides, vous pouvez retrouver : 

  • La Prime Énergie ; 
  • L’éco-prêt à taux zéro (éco-PTZ) ; 
  • MaPrimeRénov et Habiter Mieux de l’Anah (Agence nationale de l’habitat) ; 
  • La TVA à taux réduit ; 
  • Le crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE) ; 
  • Le pacte énergie solidarité. 

L’obtention de ces aides financières exige néanmoins l’intervention d’un professionnel disposant d’une qualification RGE. Elles sont également soumises à différentes conditions concernant en général la nature du projet, la zone géographique, le seuil de revenus et les caractéristiques du logement.