Récupérateur d’eau de pluie : les bonnes raisons d’en avoir un



Ces dernières années, la protection de l’environnement et la conservation des ressources limitées se retrouvent au cœur de nos principales préoccupations. Cela concerne notamment l’eau qui est aujourd’hui devenue une denrée rare et chère. En France, ce serait alors 148 litres d’eau que chaque habitant consommerait chaque jour selon le Centre d’Information sur l’Eau. C’est ainsi qu’un foyer de 2,5 personnes en utilisera 120 m³ annuellement. Pourtant, la grande majorité de l’eau que nous utilisons quotidiennement n’a pas besoin d’être potable. C’est notamment le cas pour l’arrosage du potager et du gazon, le lavage de voitures ou encore les w.c. Heureusement, il existe une solution pour gaspiller moins : le récupérateur d’eau de pluie.

Comment fonctionne un récupérateur d’eau de pluie ?

Contrairement à ce que l’on peut penser, l’eau est une denrée périssable. Réchauffement climatique, rejets domestiques, agricoles et industriels, activités humaines diverses… ils contribuent tous au déséquilibre de l’écosystème. Et lorsqu’il s’agit de l’eau, une mauvaise conservation peut avoir de graves répercussions sur le long terme. C’est justement pour atteindre un objectif de préservation qu’il peut être intéressant d’utiliser un récupérateur d’eau de pluie.

Deux réservoirs d'eau de pluie

Non seulement il s’agit d’une alternative écologique, mais cet équipement vous permettrait aussi de réaliser des économies considérables. Rien que pour le lavage de voiture et l’arrosage du jardin seulement, vous employez effectivement 1 500 à 3 000 litres d’eau chaque année.

Mais comment fonctionne un récupérateur eau de pluie plus concrètement ? Eh bien, le principe est simple :

  • Vous récupérez l’eau de pluie qui ruisselle de votre toit ;
  • Vous utilisez alors les gouttières et les tuyaux d’évacuation déjà existants ;
  • Pour protéger votre réservoir, vous installez un filtre ou une grille de gouttière ;
  • Vous récoltez ensuite une eau exempte de salissures et de débris dans une cuve ;
  • Vous pouvez choisir entre un récupérateur eau de pluie mural, un récupérateur eau de pluie aérien ou un récupérateur eau de pluie enterré.

Pourquoi récupérer l’eau de pluie ?

Les avantages d’un récupérateur d’eau pluie sont très nombreux. Mais le premier et le plus important d’entre eux est sans doute qu’il s’agit d’une ressource entièrement gratuite et qui est en plus accessible à tous. En effet, « Tout propriétaire a le droit d’user et de disposer des eaux pluviales qui tombent sur son fonds » (Article 641 du Code civil). De plus, l’eau de pluie est multi-usage.

Pareillement, la pluie est exempte de sels, de produits chimiques et de minéraux présents dans d’autres sources d’eau. La nature a fait également que vous avez à votre disposition une eau à pH légèrement acide ; ce qui fera du bien aux légumes de votre potager et aux plantes de votre jardin. Vous profiterez ainsi d’un jardin plus écologique, tandis que le sol bénéficie de tout ce qu’un jardin sain peut fournir. De quoi faciliter l’entretien général de votre propriété, tout en répondant à vos besoins en aménagement extérieur et paysager.

Récupérateur d’eau de pluie : solution écologique et économique

Installer un récupérateur d’eau de pluie chez soi fait également du bien au portefeuille. Concrètement, les petites tâches à la maison nécessitent souvent une grande quantité d’eau. De la lessive à la chasse d’eau des toilettes, en passant par le lavage des véhicules, l’eau de pluie est idéale pour presque toutes les opérations de nettoyage qui utilisent beaucoup d’eau. De plus, celle-ci est douce et peut donc réduire le besoin en détergents.

Averse de pluie

Plus précisément, les Français consomment environ :

  • 200 litres d’eau pour le lavage d’une voiture ;
  • 6 à 12 litres d’eau à chaque fois que vous tirez la chasse d’eau ;
  • 15 à 20 litres d’eau par m² de jardin pour un seul arrosage ;
  • 40 à 90 pour une lessive à la machine (un modèle performant).

(Chiffres de l’Agence Locale de l’Énergie des Ardennes.)

Autant d’économies que vous réaliserez donc.

Par ailleurs, un récupérateur d’eau de pluie représente également une solution écologique. En réalité, l’eau douce ne représente qu’à peu près 2,5 % de la totalité de l’eau sur Terre. Moins de 1 % de cette eau seulement est propre à l’utilisation humaine. Il convient donc de préserver nos précieuses ressources naturelles. Vous participerez alors au renouvellement du cycle hydrologique (les eaux pluviales s’infiltrent dans le sol, rechargeant ainsi les nappes phréatiques).

Qui peut profiter de cette installation ?

Bien que la récupération d’eau de pluie reste théoriquement accessible à tous, cette opération est réglementée par l’Arrêté ministériel du 21 août 2008. Par exemple, il doit s’agir d’une toiture inaccessible ; c’est-à-dire, non accessible au public, et ne doit pas causer de préjudice au voisinage. Ce système doit également inclure quelques équipements indispensables pour assurer la qualité de l’eau récoltée. À savoir :

  • Le traitement (y compris les filtres et les grilles avec des mailles de 1 millimètre ou moins) ;
  • Le stockage (un réservoir non translucide) ;
  • La distribution et
  • La signalisation « eau non potable » si le récupérateur d’eau de pluie se trouve à l’intérieur de votre maison.

Une déclaration préalable pour l’installation de ce système est également à adresser à la mairie, surtout lorsqu’il utilise le réseau d’assainissement collectif, auquel cas une redevance est due.

Quel volume choisir pour son récupérateur eau de pluie ?

Plus spécifiquement, on parle ici du dimensionnement de la cuve à opter lors de l’achat. Cela dépend de plusieurs facteurs, dont la pluviométrie dans votre région est certainement le plus déterminant d’entre eux. En règle générale, vous pourriez récupérer entre 50 et 70 m³ d’eau de pluie pour 100 m² de surface (surface au sol de votre maison). Pour faire le meilleur choix, pensez aussi à quelques critères. Notamment :

  • La demande en eau ;
  • L’usage ;
  • Le nombre de personnes par foyer ;
  • La surface disponible pour accueillir le réservoir.
Un récupérateur d'eau relié à une gouttière

Si vous prévoyez uniquement d’utiliser cette eau pour l’arrosage, par exemple, un récupérateur d’eau de pluie de 500 litres ou moins peut suffire. En revanche, si vous comptez l’utiliser à la fois pour l’extérieur et l’intérieur, orientez-vous vers un réservoir plus grand (jusqu’à 9 000 litres de contenance). Pour un si grand volume, un récupérateur d’eau de pluie enterré sera sans doute la meilleure solution.

Quant au budget, comptez entre 700 € et 6 000 € pour l’installation de tout le système. Pour retrouver des réservoirs et récupérateurs d’eau de pluie pas chers, vous pouvez aussi profiter des grandes réductions de Destockage Habitat.

Quelques astuces pour avoir un équipement au top

Un récupérateur d’eau de pluie offre donc plusieurs avantages. Mais pour profiter pleinement de votre équipement, quelques précautions sont à prendre.

  • Pensez notamment à placer le réservoir dans un endroit à l’abri de la chaleur directe du soleil.
  • Tous les 6 mois, vérifiez également l’état et la propreté de l’équipement dans son ensemble (collecteur, filtre, distribution, évacuation…).
  • Une vidange semestrielle s’impose pareillement, l’occasion pour vous de nettoyer et de désinfecter le réservoir de votre récupérateur d’eau de pluie.
  • Veillez à ce que les insectes, débris et autres salissures ne s’infiltrent pas dans la cuve. Les pastilles constituent notamment un excellent moyen pour empêcher le développement de bactéries et larves dans votre eau.
  • Vous pouvez aussi opter pour une pompe de récupérateur d’eau de pluie pour faciliter la récupération de l’eau.